Versión para imprimir

Español · français · Português

29 de julio de 2011 | |

Peu de sérieux

La CVR du Honduras et sa vision biaisée du Coup d’Etat et des acteurs impliqués

Descargar: MP3 (2.5 MB)

« Nous n’avons jamais pu établir la véritable raison expliquant pourquoi il a atterri à Palmerola (base américaine au Honduras). L’explication que l’on nous a donné est que l’avion a décollé de Tecucigalpa (capitale hondurienne) avec peu de carburant et qu’il est allé se ravitailler à Palmerola ».

C’est ainsi qu’a répondu le président de la Commission de la Vérité et la Réconciliation (CVR) du Honduras, l’ex vice-président du Guatemala Eduardo Stein, à la question du journaliste Dick Emanuelsson sur la participation d’acteurs extérieurs au Coup d’Etat hondurien du 28 juin 2009. L’échange eut lieu le 7 juillet à Tegucigalpa, pendant la conférence de presse durant laquelle la CVR présenta son rapport final.

Les Forces Armées, dirigées par le putschiste Roberto Micheletti, enlevèrent le président hondurien Manuel Zelaya et l’amenèrent en avion à San José, la capitale du Costa Rica, en passant au préalable par Palmerola. « Nous n’avons pas pu non plus réussi à découvrir comment et quand le président Arias (Oscar, ex-président costaricain à présent) a été prévenu que l’avion présidentiel avec Manuel Zelaya dedans partait pour San José », ajoute Stein.

Le président de la CVR n’a pas présenté à ce moment de la conférence de presse la possibilité d’un lien entre les Etats-Unis, propriétaire de la base de Palmerola, et le putschiste Roberto Micheletti et les Forces Armées. Cependant, Stein a bien souligné le soutien que les gouvernements brésiliens et vénézuéliens donnèrent au mandataire légitime du pouvoir, Manuel Zelaya, après son renversement. On peut ici bien parler de deux poids deux mesures existant dans ce rapport.

« La participation internationale a été importante, multiple et variée mais notre rôle n’est pas d’enquêter de manière approfondie sur chacune de ces participations si elles n’étaient pas directement liées à un effort de résolution de crise », s’excuse Stein.

Le rapport du CVR, long de 800 pages, a été très critiqué par plusieurs secteurs. Zelaya lui-même, qui apprécie que ces travaux reconnaissent que cela a été un coup d’Etat qui l’a renversé de la présidence, a quand même critiqué le fait que le rapport n’enquête pas sur les acteurs de son renversement, particulièrement ceux étrangers. Il regrette aussi les carences qui existent dans la section concernant les violations des droits de l’homme.

La coordinatrice générale du Comité de Familiares de Detenidos Desaparecidos en Honduras (COFADEH), Bertha Oliva, définit, quant à elle, ce rapport comme une « tragédie » et un « outrage ».

« Je pense que les dommages qu’ont reçu les proches de la centaine de victimes que nous avons enregistré pendant le régime a été très fort », a dit Oliva à Dick et Mirian Emanuelsson, dans une interview télévisée. De son coté, la CVR parle de 12 assassinats au total. Ce rapport est une « tragédie », car à présent, ils vont dire qu’ « au Honduras, un processus de dialogue, de paix et de réconciliation est en train de se lancer », ajoute l’activiste.

La CVR est née d’un accord négocié par le président renversé Manuel Zelaya et le président de facto Roberto Micheletti, avec la médiation de l’Organisation des Etats Américains (OEA) et du gouvernement des Etats-Unis. En plus de Stein, la commission était composée de l’ex-ambassadeur du Canada aux Etats-Unis et à Cuba, Michael Kergin, l’ex-ministre de la Justice péruvienne, Maria Amadilla Zavala, la rectrice et l’ancien recteur de l’Universidad Nacional Autonoma de Honduras, respectivement Julieta Castellanos et Jorge Omar Casco.

Photo: http://www.indymedia.ie

(CC) 2011 Radio Mundo Real 10 años

Mensajes

¿Quién eres?
Tu mensaje
  • En este formulario se pueden ingresar atajos SPIP [->url] {{negrita}} {cursiva} <quote> <code> código HTML <q> <del> <ins>. Para separar párrafos, simplemente deja líneas vacías.

Cerrar

Radio Mundo Real 2003 - 2014 Todo el material aquí publicado está bajo una licencia Creative Commons (Atribución - Compartir igual). El sitio está realizado con Spip, software libre especializado en publicaciones web... y hecho con cariño.