Versión para imprimir

English · Español · français

28 de abril | |

"Pas de terre sans paysans. Pas de paysans sans terre"

«Nos luttes s’articulent: nous ne sommes pas seuls, là où on est».

Descargar: MP3 (4.1 MB)

Le 17 avril, de nombreuses organisations de lutte pour la souveraineté alimentaire se sont mobilisées à travers le monde à l’occasion de la Journée Mondiale pour la Lutte Paysanne. Cette date a été choisie par la Via Campesina en 1996 en hommage aux 19 paysans sans-terres qui furent assassinés par la police militaire au Brésil, durant le tristement connu «massacre de Eldorado dos Carajás».

Sébastien, de l’association Rencontre des Continents en Belgique, nous explique pourquoi son organisation a choisi de participer à cette journée, qui soulève aussi des problématiques européennes.

L’association Rencontre des Continents a pour objectif d’accompagner les citoyens vers une meilleure approche des enjeux politiques, sociaux, économiques, culturels, environnementaux et sanitaires de notre époque, ainsi qu’un accompagnement au renforcement des capacités de chacun à s’engager dans des alternatives porteuses de changements sociétaux. Sébastien nous explique ainsi qu’en Belgique aussi, les terres agricoles sont menacées par des intérêts privés et des projets industriels ou immobiliers, inutiles voire dangereux. Ainsi, le plan de construction d’une prison de 18 hectares à Haren représente une menace certaine pour le terrain agricole concerné.

La journée mondiale des luttes paysannes, lancée à l’appel de l’organisation internationale la Via Campesina, réunit les nombreux mouvements sociaux qui refusent le modèle agro-industriel actuel. Sébastien appartient donc à un réseau informel de soutien à l’agriculture paysanne et durable, composé d’activistes, de militants et d’organisations divers. Leur but: renforcer le mouvement à l’échelle locale et globale par une action politique concrète. Il donne ainsi l’exemple du projet de plantation de pommes de terre en Belgique, représente une solution à la fois écologique et durable. D’autres activités, comme le développement d’économies locales, les circuits courts, ou la formation des paysans s’inscrivent également dans leur action.

Sébastien ajoute que les médias dominants jouent un rôle considérable dans le communication de l’idéologie productiviste et industrielle en ne relayant pas les préoccupations des citoyens, trop souvent obligés de se tourner vers les grands centres commerciaux et des produits de mauvaise qualité. Ainsi, la formation et le renforcement de ces réseaux, dans le but de se réapproprier la question de la souveraineté alimentaire (aussi bien à l’échelle des États que des individus), si marginale qu’elle soit, reste une forme d’action qui grandit et s’étend à travers le monde.

Car l’objectif n’est pas seulement de porter un projet local, ajoute Sébastien, mais bien de refuser à l’échelle globale un système dominant qui lui aussi s’étend sur l’ensemble de la planète. À cet égard, il évoque les populations des pays du Sud, qui elles aussi sont victimes de ce «rouleau compresseur».

«L’idée est de montrer que les gens s’organisent un peu partout dans le monde. Nos paysans chez nous en Occident, mais aussi dans les pays du Sud. Et que nos luttes s’articulent les unes autres, que l’on est pas seul là où l’on est».

Lien vers le site de l’association Rencontre des Continents: http://rdcontinents.canalblog.com

Imagen: Radio Monde Réel

(CC) 2014 Radio Mundo Real 10 años

Mensajes

¿Quién eres?
Tu mensaje
  • En este formulario se pueden ingresar atajos SPIP [->url] {{negrita}} {cursiva} <quote> <code> código HTML <q> <del> <ins>. Para separar párrafos, simplemente deja líneas vacías.

Cerrar

Radio Mundo Real 2003 - 2014 Todo el material aquí publicado está bajo una licencia Creative Commons (Atribución - Compartir igual). El sitio está realizado con Spip, software libre especializado en publicaciones web... y hecho con cariño.