Versión para imprimir

English · Español · français

13 de julio de 2013 |

De seconde classe

La France viole les droits des populations nomades vivant sur son territoire: "Ils servent de boucs émissaires, mais ce sont des citoyens français"

Descargar: MP3 (6 MB)

Tous les étés en France, des problèmes surgissent quant aux populations nomades vivant sur le territoire (que cela soit les Gens du Voyage ou les Roms). En effet, le député-maire de Nice, en France, et membre de l’UMP (Union pour un Mouvement Populaire, parti politique de droite) Christian Estrosi a récemment émis des propos qualifiés de «xénophobes», selon certaines associations, et de «dangereux», aux yeux du ministre de la Ville François Lamy.

Estrosi a ainsi assimilé le comportement des Roms (appartenant à la communauté nomade non française, principalement d’origines roumaine et hongroise) à celui de "délinquants", lors d’une déclaration à la radio (Europe 1) le 7 juillet, et a par ailleurs affirmé qu’Islam et démocratie étaient "incompatibles". Au cours du mois de mai, la police française a démantelé des camps roms à Saint-Denis, près de Paris, et à l’ouest de Nice, le long du Var. A Lyon, 200 Roms ont été installés temporairement dans un gymnase après l’incendie criminel de l’usine désaffectée qu’ils squattaient, et qui a causé la mort de deux femmes et d’un enfant de 12 ans.

L’association française SOS Racisme, qui lutte contre toutes les différentes formes de discrimination, s’apprête à porter plainte contre deux hommes politiques français: M. Estrosi, pour ses propos tenus dimanche 7 juillet, et contre Jean-Marie Le Pen, ex-leader du Front National (principal parti d’extrême droite français) qui le 4 juillet a parlé des Roms comme "une présence urticante et odorante".

La situation des Roms et des gens du voyage en France est marquée par une grande précarité, ainsi que par un rejet toujours plus violent de la part de la population et des pouvoirs publics. La responsable de la communication à SOS Racisme, Aline Le Bail-Kremer, a ainsi déclaré à Radio Mundo Real comment en France, où le climat social et politique se dégrade toujours davantage, la communauté Rom est l’un des boucs émissaires de la crise économique.

«Nous assistons à des passages à l’acte violents, odieux de la part d’élus de la République», a t-elle déploré.

Alors que le scandale éclate, c’est aussi l’Union Européenne qui pointe les failles de la politiques française en matière de scolarisation des enfants roms. En effet, malgré une loi datant de 2000, dite la loi «Besson», qui imposait à chaque commune française de mettre en place des installations pour l’accueil des gens du voyage, beaucoup de municipalités continuent d’agir en toute illégalité, n’ayant toujours pas mis en oeuvre les mesures nécessaires et qui refusent à ces populations leur droit d’accès au logement, et à des conditions de vie décentes. Ceci ayant pour effet de pousser les communautés à recourir à des «squats», eux aussi illégaux, ce qui nourrit la polémique et les conflits.

«Malheureusement, cela prend bien au niveau populaire, (les gens soutiennent ce genre de discours) ce qui est nul doute une stratégie classique qu’on a déjà vu dans l’Histoire, et pas forcément à ses épisodes les plus glorieux», dit Aline Le Bail Kremer.

Photo: www.lemonde.fr

(CC) 2013 Radio Mundo Real 10 años

Mensajes

¿Quién eres?
Tu mensaje
  • En este formulario se pueden ingresar atajos SPIP [->url] {{negrita}} {cursiva} <quote> <code> código HTML <q> <del> <ins>. Para separar párrafos, simplemente deja líneas vacías.

Cerrar

Radio Mundo Real 2003 - 2014 Todo el material aquí publicado está bajo una licencia Creative Commons (Atribución - Compartir igual). El sitio está realizado con Spip, software libre especializado en publicaciones web... y hecho con cariño.